Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
L'eau renversée est difficile a rattraper || Libre

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Guerre des Clans. Index du Forum -> Le Clan de la Rivière -> La Rivière
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Squirrelstar
Clan de la Rivière

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2014
Messages: 351
Féminin
Rang: Chef sadique èé
Famille: Immense ♥
Âge (dans le rpg): 36 lunes
Autres chats: Petit Charbon :D

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 11:44 (2014)    Sujet du message: L'eau renversée est difficile a rattraper || Libre Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
C'était un matin. Un rayon de lumière traversa le rideau de bambous qui cachaient l'entrée de la tanière d' Etoile d'Ecureuil. Elle était déjà réveillée, mais restait allongée sur son lit de roseau. Il y avait des jours où elle aurait préféré ne rien faire, mais la vie d'un chat sauvage n'était pas aussi simple, et celle d'une chef encore moins. Elle devait puiser dans ses forces et son courage pour diriger son clan, pour le rendre fort. Elle se leva, s'étira et pointa son museau dehors. Le soleil n'était pas encore haut dans le ciel, et il allait bientôt être cacher par de gros nuages gris. La pluie allait bientôt tomber. Mais la chatte rousse ne craignait pas la pluie, au contraire. Elle lui rappelait des souvenirs, comme si les gouttelettes portaient en elles des moments, des souvenirs de l'histoire de Squirrel. Elle avait l'habitude de sortir seule par ces moments de temps gris. Elle s'éloigna donc de son camp, après avoir donner quelques ordres à son lieutenant. Alors qu'elle allait disparaître, elle entendit crier son nom. Elle se retourna. Une toute petite chatte la regardait. C'était Petite Valse.   


- Etoile d'Ecureuil! Je veux venir avec toi! Je suis la plus forte du clan! Je suis la meilleure! J'ai le droit de venir non?

- Bientôt, pour l'instant tu es encore toute petite, retourne à la pouponnière.   


Petite Valse repartit en rouspetant. Etoile d'Ecureuil souria. Cette chatte lui rappelait son enfance. Elle était à peu près pareille qu'elle, petite. Toujours entêtée, toujours sure d'elle, toujours la plus forte, toujours avec des idées sympas dans la tête. Son coeur était lourd. Ces souvenirs lui rappelaient beaucoup de choses. Comme elle regrettait le temps de son insouciance. Elle aurait voulue que rien ne change. Que tout reste comme avant. Mais tout avait changé. Et elle devait faire avec pour accomplir son destin...  

La rivière était là, devant elle. Elle se laissa tomber sur le sol et leva les yeux aux ciels. Le clan des étoiles était peut-être en train de la regarder, à l'instant précis. Ses proches décédés veillaient-ils sur elle? Pensaient-ils à elle comme elle pensait à eux? Elle ferma les yeux et s'abandonna à sa mémoire... 

____________________
~ Etoile d'Ecureuil ~

Jeune chatte rousse, chef du clan de la rivière aux profond yeux verts émeraudes. ♥

Only close your eyes and fly ♪



Les larves sèches domineront LA TERRE ENTIEERE!! MOUAHAHA vive nous, vely ! ♥ La puanteur, c'est le meilleur
Revenir en haut
Squirrelstar
Clan de la Rivière

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2014
Messages: 351
Féminin
Rang: Chef sadique èé
Famille: Immense ♥
Âge (dans le rpg): 36 lunes
Autres chats: Petit Charbon :D

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 18:33 (2014)    Sujet du message: L'eau renversée est difficile a rattraper || Libre Répondre en citant

Le sort fait les parents, le choix fait les amis    


- Maman... Pourquoi... Je ne veux pas!  


Une larme perla des yeux de la petite chatte rousse. Pourquoi fallait-il que ça tourne comme cela? Feuille de Lune la regarda avec un regard empli d'un amour qui semblait déjà lointain, la déposa près d'un rocher, tourna la tête, et fit demi-tour. Petit Ecureuil ne le savait pas, mais sa mère était aussi triste et écœuré qu'elle. La chatte grise appartenait au clan du tonnerre. Son compagnon, au clan de la rivière. Pour une raison quelconque que le chaton ne savait pas, elle l'avait donnée au clan de la rivière. Une mâchoire forte attrapa la petite boule rousse. Tornade Grise. Son père. Il regarda la frontière, tourna le dos, et commença à marcher vers son camp. Petit Ecureuil n'osait pas dire un mot. Le matou gris lui faisait peur. Elle n'avait que vu son père, une fois, de loin. Cela remontait il y a une lune. Elle en avait trois. Qui était-il vraiment? Elle ne le savait pas. L'aimait-il? Elle ne le savait pas non plus. Pourquoi était-elle dans le clan de la rivière à présent? Encore un mystère.  


- On est arrivés. 


Son père la posa à terre. Il lui sourit. Pour la première fois. Elle sentit une chaleur monter en elle. Ce fut de courte durée. Il la regarda, et le cœur lourd la laissa toute seule. La petite chatte ne savait pas où se mettre. Tout était nouveau ici pour elle. Ce n'était même pas son clan. Elle voulait fondre en larme et retourner avec sa mère. Elle au moins elle était gentille avec elle. Mais elle l'avait abandonnée. Tout un monde s'écroulait. Elle devait tout reconstruire. Pourquoi son père n'était-il pas du clan du tonnerre? Tout aurait été plus facile...

Un bruit la fit sursauter. Deux chatons. A peut près du même âge qu'elle. Ils venaient d'apparaître, et semblaient avoir une vie plus heureuse qu'elle. Elle leur fit un petit sourire maladroit et timide. Ils se regardèrent en souriant malicieusement.Il y avait une petite chatte, au pelage blanc et marron, et un autre chaton au pelage noir profond. Ils avaient l'air heureux. Oui, surement plus heureux qu'elle. Petit Ecureuil ne savait pas comment réagir. Elles ne les connaissaient pas après tout. C'est la petite chatte qui prit la parole en première. J'apris alors qu'elle s'appelait Petite Cerise. Le chaton s'appelait Petit Charbon. Ils n'étaient pas frères et sœurs, juste amis. 


Petite Cerise lui sourit. Petit Charbon aussi. Peut-être donneraient-ils un sens à son existence sans joie. Elle avait foi en eux, et elle les aimaient déjà. Elle leur sourit, et les accompagna dans la pouponnière. Elle oublierait le malheur, et irait de l'avant. Elle se le promit. Mais les promesses sont toujours durent à tenir...

____________________
~ Etoile d'Ecureuil ~

Jeune chatte rousse, chef du clan de la rivière aux profond yeux verts émeraudes. ♥

Only close your eyes and fly ♪



Les larves sèches domineront LA TERRE ENTIEERE!! MOUAHAHA vive nous, vely ! ♥ La puanteur, c'est le meilleur
Revenir en haut
Nuage Enchanteur
Clan de la Rivière

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mar 2014
Messages: 10
Féminin
Rang: Apprentie.
Amoureux: Moi-même. :D
Famille: Mort, emporte-nous.
Âge (dans le rpg): 6 lunes.
Autres chats: Aile de Velours. ♥

MessagePosté le: Sam 12 Avr - 12:31 (2014)    Sujet du message: L'eau renversée est difficile a rattraper || Libre Répondre en citant



L'eau renversée est difficile à rattraper.  
 
 « Enfant de vanité, ouvres tes yeux embrumés par le mensonge, et réveille-toi. » 
 
 
Free.  
 

 
 
  
 
Je voyais ces yeux qui sondait l'horizon. Son regard d'âme errante, cherchant la vie. Je sentais ce souffle froid, s'élevant en nuages gelés. Une respiration tranchante, douloureuse preuve de sa souffrance. La glace craquait sous ses coussinets écorchés, émettant un écho entendu de lui seul. Un esprit en peine. Laissé à l'abandon. De tout et de tous. Des mouvements gauches, épuisés. Finalement, il tomba. Enfin. La voûte brumeuse le rejetait. Traîtres qu'étaient les cieux. Là, une fougère survivait. Tenace à la vie, elle luttait. Pourtant, la neige le recouvrait de son immaculée blancheur. Et elle se mourrait, lentement. Une petite tige, d'un vert si éclatant qu'il prouvait sa jeune, périssait comme la chenille devenait papillon. Ses flancs palpitèrent, et il combattit. Contre le néant. Contre la mort. Contre le vide qui l'engloutissait, l'attirant à lui, appelant, l'endormant. Nombreux. Trop pour lui. Sa truffe frémit, sûrement une dernière fois, et ses prunelles se tachèrent du voile de la Mort. Cette pousse, non loin, se courba et sa seule feuille s'échoua sur ce sol, que l'existence avait abandonné. Les flocons danseurs du ciel, vinrent recouvrir de leur manteau ces êtres, que la nature avait fait dépérir. Pourquoi tant de désespoir dans le cri de cette créature ternie ? Pourquoi la détresse a-t-elle envahie ce qui se présente comme le renouveau ? Ce serait bien le mot. Voilà que s'annonce la brise de la renaissance. Le regain frais que procurait cette nouvelle venue appelée Vie, pénétrait en nous comme une poussée d'adrénaline. Serait-ce la Sauveuse ? Pourrions-nous comprendre ce mystère qu'engendre ce cycle ? Et le soleil montait, alors que la lune descendait. La pluie laissa place à l'arc-en-ciel. Tous levaient les mains au ciel, acclamant la Création. Leurs mains tapaient sur les tambours de l'orage furieux. Leurs mots se mêlaient et se démêlaient en une mélodie de sentiments. Les couleurs se peignaient en leurs cœurs monochromes. Leurs sourires étaient lumière. Leurs prunelles foi. Leurs rires espérance. Maintenant, la Vie arrive. Maintenant, nous sommes libres. Ils disaient cela. Le brouillard de la joie les maintenait loin de la crainte. Un fin tissu de toile qu'aucun ne franchissait. L'illusion les embrouillaient. Le mensonge leur était caché. Derrière la couverture se cachait la tempête du désastre. Peut-être l'Apocalypse. Peut-être la Mort. Peut-être leurs pleurs. Moi, j'écris. Ma plume fait naître des sillons incohérents. Des textes sans sens. Des rêveries superficielles. Un bout de mon esprit s'est posé sur cette feuille, et mes pensées s'étendent, à l'infini. De ce souffle Imagination naissent l'Inspiration, des lettres se créent, formant des mots révélateurs et des phrases naissent. Une farandole de paragraphes insouciants. De naïveté. Une graine qui germe en cet esprit désert qu'est le mien, et un jardin de fleurs épanouies s'offrent à moi. Toutes belles. Au-delà, des papillons noirs s'envolent. Ceux du massacre, de la pauvreté, de la pollution. Dans ma bulle, je n'écoute que moi. Insensible aux plaintes des blessés. Suis-je donc ce monstre que je vois là ? Non. Nous sommes tous ainsi.   
 
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 
 
  
 
Tes oreilles se rabattent sur ton crâne. Evidemment, les piaillements ne cessent pas, et s'intensifient, comme le bourdonnement dérangeant et malvenu d'une abeille. Tu sais, cet insecte volant et venimeux, dont le "poil" blond est strié de raies noires, héritant d'un dard sur le bout de l'abdomen. Une bête dangereuse, dirais-tu toi-même. En soit, ce n'est pas faux, tu sens encore le fourmillement de la morsure de son pique. Cela t'apprendra, à dire que tu n'as pas peur de ces bestioles devant tes camarades chatons, et te pavaner sous une ruche grouillante de vie. Bref, me voilà à m'égarer, reprenons. Tu te refuses à ouvrir les yeux, et montrer combien la présence de tes compagnons te dérange, bien que l'envie de leur donner un bon coup de patte te traverse l'esprit. Ignorant leurs geignements, tu étires tes membres de tout leur long et fait mine de ne pas entendre. Néanmoins, juste par curiosité, tu les épies du coin de l’œil. Petit Corail se tient à quelques pas de toi, et sa voix déraille, dans une sorte de grognement raté. Il montre des crocs de chaton, presque inexistants. Son regard est fixé sur ta petite personne roulée en boule, près de Perle Nacrée, et il esquisse quelques pas badauds dans ta direction. Sa queue traîne au sol, laissant sur son passage un sillon de brindilles, et provoque un bruit de grattement infernal. Le petit semble prêt à te sauter dessus, comme si tu étais une vulgaire proie. Que de gaminerie de sa part ! Tu comptes tout de même te venger de cette insolence qu'il s’apprête à commettre. Un faux ronflement naît de ta gorge, et monte dans l'espace réduit de la tanière. Il sursaute légèrement. Il croit que tu dors à poings fermes, idiot qu'il est. Près de toi, Perle Nacrée somnole encore, sa queue est posée sur toi, te caressant doucement le flanc. Tu te maudis de vouloir rester allongée, et de profiter de ce contact. Ces choses-là, ce sont pour les enfants. Pendant que tu rêvasses, Petit Corail approche. Vois-le, avec sa posture du chasseur, pour le moins ridicule. Il écarte ses pattes, dans une position étrange et paraît glisser sur le sol. Pourtant, il se prépare à sauter. Tu le vois aux frémissements imperceptibles de ses muscles qui se bandent. Alors qu'il s'élance dans les airs, toutes griffes dehors, dans un miaulement strident, tu te relèves d'un bond et fait une pirouette agile sur le côté. Le chaton s'écrase lourdement sur le nid où tu l'espionnais quelques instants plus tôt. Après avoir craché un tas de plumes, il lève vers toi des yeux hébétés. La tête fièrement redressée, bien prostrée sur tes pattes, tu le contemples avec dédain. Son pelage est emmêlé comme jamais, et des petits bouts de roseaux se sont ajoutés aux nœuds. De plus, il ne sent pas la rose. Toujours aussi propre, apparemment. Sa voix suraiguë te casse les oreilles, qui plus est. 
  
  
 
« C-Comment tu as su ? » 
 
  
 
Il te semble inutile de répondre. Tu es simplement plus douée. Tu caches ton sourire, et gardes une mine impénétrable. D'un ample mouvement de la queue, tu sors de la pouponnière. Dehors, Petit Puma et Petit Ciel t'observent avec des yeux écarquillés. Ils étaient dans le coup. Cela ne t'étonne pas, tout de même. Les deux sont aussi gamins que Petit Corail. Heureusement, dans deux lunes, tu seras apprentie. Le brouhaha de ton gite actuel te semble bien loin, comparé au calme ambiant de celui des apprentis. Un ronronnement brusque semble vouloir s'échapper de ta gueule, tu le stoppes net dans son élan, et t'élances avec dignité dans la clairière. Tu sais déjà qui sera ton mentor. Étoile d’Écureuil. La meneuse du Clan. Oui. C'était certain, elle serait celle qui t’enseignerait. Un chat extraordinaire, béni des cieux. Bon, ce dernier point n'a pas de réelle importance, vu que le Clan des Étoiles est une bande de matous inutiles, mais bons, c'est juste ton avis. L'avis d'une chatonne prétentieuse. Non, toi, tout ce qui t'intéresse, c'est le grade de ton mentor. Un jeune guerrier ne ferait pas l'affaire. Il te fallait quelqu'un d'expérimenté, qui t'apprendrai bien plus que tout autres, qui était important. Tes yeux papillonnent rien qu'à cette pensée. Finalement, tu décides de te préoccuper de ce qui se passe autour de toi. Le tas de gibier est plein. Gigantesque, même. Tu es minuscule, et ne te rends pas compte de l'ampleur qu'il a pour les guerriers. Pour eux, le taux de nourriture est "correct", tout juste correct. Le Clan se réveille peu à peu. Des félins aux teintes différentes se libèrent des doux bras de Morphée dans un ballet étrange. Ils dansent sur une musique que personne n'entend, se déplacent individuellement. Pourtant, jamais tu ne les avais vu si unis. Cela se voit, que tu n'as jamais vu de guerres. Laissons-là ça, tu es bien trop jeune pour ce genre de problème. Tu te sens comme la reine de ce spectacle rocambolesque. Que pourrais-tu être d'autre ? Une simple ballerine parmi les autres ? Voyez-vous, cela m'étonnerait fort ! Vous devez être bien sot, pour imaginer telle chose. Allons, bon. Dans ton esprit, Petite Valse, tu les vois tous former des cercles autour de toi, te louer, et chanter ton nom. Ton imagination est bien grande. Tu balances ta tête en arrière, et la lève au ciel. Sitôt, la clarté de la voûte t'aveugle. Le soleil se dresse fièrement, tout là haut, resplendissant entre le velouté des nuages. Un astre bien trop haut pour toi, et pour les autres aussi, d'ailleurs. Impossible de l'attraper, et de garder son éclat bien au chaud, seulement pour toi. C'est vrai, tu veux bien l'avouer, tu as déjà essayé une fois, de sauter pour avoir cette grosse étoile. Seulement une fois, bien sûr. D'accord... Peut-être bien deux ou trois. Sans le regard inquisiteur des autres chatons, évidemment. Maintenant, tu ne le refais plus. Bien trop immature pour toi, n'est-ce-pas ? Tes babines dessinent un rictus grimaçant, qui déforme tes traits pourtant si jolis. C'est très laid. Tu devrais te voir. Tes prunelles se détachent du ciel, et ta face reprend son air impassible. Peu à peu, tu te reprends, et d'un pas sautillant, te dirige vers le promontoire. Là, tu as aperçu ta chef. Son pelage roux flamboie étrangement, si bien que tu te demandes si elle ne brûle. Non. Tout va bien. C'est juste le reflet lumineux sur son pelage. Tu imagines les parties rousses de ton duvet s'enflammer ainsi, mais tu es encore trop petite pour que cet effet se fasse. Plus tard, tu bruleras sûrement de cette façon. Etoile d’Ecureuil, au contraire, ne semble pas t’avoir aperçue, et continue tranquillement sa descente. Tu ne peux t’empêcher de la foudroyer du regard. Juste un peu. Pourtant, tu ne passes jamais inaperçue ! Tu es celle que l’on remarque toujours. Que l’on voit briller parmi les autres. Une étoile filante s’étant échouée dans ce monde. En soit, ce n’est pas si faux, mais tu ne le sais pas encore. Doucement, tu suis ta meneuse. Elle n’a toujours pas aperçu ? Est-elle donc aveugle ? Louche-t-elle ? Peut-être un problème plus grave. Ta queue menace de doubler de volume, heureusement que tu parviens à maîtriser tes émotions, tu serais devenu un porc-épique bicolore. Etrange image. Tes poils restent pourtant sagement en place. Magnifiquement lustrés, et propre, surtout. Tes pensées divaguent bien vite. Reprenons. Imagine que ton futur mentor soit inapte à faire son travail ? Qui prendra donc le relai ? Personne ne peut te mériter ! La frustration prend une place importante dans ta petite personne, si bien que tu grinces doucement des dents. Elle ne t’as toujours pas vue. Là, ça devient bizarre ! Voyons, qu’a-t-elle donc ? Tu observes rapidement les alentours, en suivant toujours la chef comme son ombre. Certains se tournent vers toi et te saluent rapidement. D’autres te dévisagent, se questionnant sur le fait que tu suis Etoile d’Ecureuil. Ont-ils remarqué qu’elle ne marque aucune attention à ton égard ? Que cela est bien inquiétant ? Si ça se trouve, elle est devenue sourde, donc ne t’entend pas. Tu as toujours été discrète, ce n’est pas ça. Alors, ne peut-elle plus humer les odeurs ? Sa truffe frémit légèrement, donc non. Aveugle ? Elle évalue le Clan, éliminer cette hypothèse serait plus juste. Cette meneuse est bizarre, dans ce cas. Elle se dirige d’un pas lent vers le seuil du camp, et a l’air d’avoir les pensées ailleurs. Cela expliquerait peut-être cette inattention de sa part. Tu t’en fais vraiment pour rien. Cela se voit, que tu n’es qu’une chatonne, immature d’esprit. Mais, tu es trop sûre de toi pour que cette pensée ne puisse, rien qu’à un moment, traverser ton esprit. Tu la vois se tourner vers toi, avec une mine interrogatrice. Tu penches la tête. Quoi donc ? Il semble que tu lui as dit quelque chose. La preuve, ta gueule est ouverte. Tout de même… Tu n’aurais jamais pu être aussi sotte et distraite ! La voilà l’évidence, la meneuse te fixe, comme si tu venais de lui parler, par une parole sortie inopinément de ton esprit et ayant fait le trajet jusque l’air libre. Vagabonde soit cet idiot de mot ! La prochaine fois, tu seras sur tes gardes. Cependant, tu ne te rappelles pas de ce que tu as dit, et cela est fortement gênant. La chef semble attendre. Il faut que tu inventes quelque chose. Les pensées s’entrechoquent dans ta tête, et les mots en découlent d’eux-même. 
 
  
 
« Etoile d'Ecureuil ! Je veux venir avec toi ! Je suis la plus forte du Clan ! Je suis la meilleure ! J'ai le droit de venir non ? »

 
  
 
Tu évites à temps de tourner de l’œil devant cette abomination que tu viens de sortir. Oui, évidemment que tu es la plus incroyable de tous, c’est certain ! Mais… De là, à t’en vanter à haute voix ? Tu ne peux t’empêcher de te maudire, de te traiter toi-même de milles noms, tous plus insensés que les autres. Tu secoues ta petite tête de droite à gauche, énervée. Tant pis si elle te voit ainsi, vu les bêtises que tu as faite, cela n’est rien ! Tu viens de gâcher ton honneur, ta dignité, n’est-ce donc pas la fin du monde ? Tu te jures de tourner dix fois ta langue dans ta bouche, la prochaine fois. Ce ne serait pas trop, même si cette prochaine fois n'existera sûrement pas. Tu t’es ridiculisé devant la personne que tu souhaitais le plus impressionner. La boule qui se forme dans ta gorge, est à la limite de t’étouffer. La chef te répond… quelque chose. Tu as l’esprit ailleurs. Tu ne l’écoutes pas. Elle ne semble pas prendre tes phrases de la même manière que toi. Tu as juste repéré de la négation – peut-être de la résignation ? – dans le ton d’Etoile d’Ecureuil. Tu n’arrives pas à analyser toutes ces choses en même temps, et te contente de plisser des yeux dans sa direction. Pas un signe de malveillance contre elle, bien sûr que non ! Seulement, tu as l’air d’une parfaite imbécile devant celle qui sera bien obligée d’être ton enseignante. Ton souffle fait soulever quelques gravillons du sol, qui te pique les yeux. Te prend-elle pour une petite chatonne ? Tout simplement ? Ta langue racle ton palais. Non seulement, cela prouverait qu’elle ne t’a pas jugé sur tes mots. Mais aussi, que tu as encore une occasion de te rattraper. Elle ne semble pas remarquer la guerre infantile qui fait rage en toi. Des batailles absurdes s’ouvrent à toi, encore jeune et simple, que tu prends très au sérieux. Lorsque tu seras plus grande, ton esprit se raisonnera sur des choses plus sensées, et tu seras en mesure de prendre des décisions convenables. Ce qui, pour le moment, n’est pas encore gagné. Tu t’encourages mentalement, histoire de ne pas te rabaisser trop. Parce que, si tu t’y mets, tu imagines que ce sera toujours le cas. Ton estime de toi, reste malgré tout bien trop grande pour que cela arrive. Tu prononces discrètement – il ne faudrait pas que les autres t’entende parler seule, et te prennes pour une folle ! – ce qui te passe par l’esprit. Géniale. Tu es la plus forte de tous. Alors tu mérites ce qu’il y a de mieux. Tu gardes quelques secondes le silence et étudies la mine de la vétérane rousse. Ses yeux brillent telles deux grandes émeraudes. Un livre ouvert à tous, qui n’exprimaient en cet instant que bienveillance et amusement. Trouvait-elle cette situation si drôle ? Eh bien toi, non. C’était si… gênant. Non seulement d’avoir prononcé quelque chose d’idiot, et aussi de ne pas avoir fait attention à la réponse. Cela te servira de leçon. Être plus prudente. Plus aux aguets. Plus maître de soi. Et moins abrutie. Eviter de se parler à soi-même serait bien, aussi. Tu gardes la queue haute, et retournes vers la pouponnière, sans laisser paraître quoi que ce soit. Quel mélange de sensations confuses, qui vient de t’assaillir. Mais, ce qui t’occupe à présent, c’est de t’être vu refusé quelque chose. Et ça, c’est insupportable. Qui-plus-est, c’est la personne la plus importante du Clan, qui s’est vu l’honneur de le faire. Tu tournes légèrement la tête vers le seuil de la clairière. Etoile d’Ecureuil est déjà sortie. Tu n’as jamais vu à quoi ressemble le ‘‘dehors’’. Ta curiosité te supplie de te rendre hors du camp, et de voir les merveilles du monde qui s’offrent à toi sur un plat d’argent. Mais c’est bien trop risqué, et impubère comme attitude. De plus, les conséquences peuvent être graves. Déjà, pour désobéissance à l’ordre d’un haut-placé, et de s’être évadé des murailles protectrices de son ‘‘chez-soi’’. Tu n’y peux rien, et ne tentera pas de t’enfuir. Sinon, cela voudrait dire que tu es comme Petit Corail et toute sa clique de chatons surexcités. Ce qui n’est bien sûr pas le cas. Tu n’essaieras pas de charmer un adulte, ce qui serait plutôt simple et t’assurerai une sortie sécuritaire et dont tu ne serais aucunement réprimandée, mais tu prends cela pour une punition. Oui, tu te l’es toi-même donnée. Celle d’avoir été trop spontanée, et de n’avoir su te contenir. C’est bien de manipuler les gens, mais si on ne sait pas se tenir ! Ne t’en fais donc pas à ce point, Petite Valse, cela va arriver, tu sauras rester un roc, et non plus une girouette laissée libre face au souffle de ses émotions. Cependant, il n’est pas nécessaire de t’infliger quoi que ce soit. Mais, pour toi, c’est évident qu’il le faut. Pour retenir ce qui vient de t’arriver. Ce sera sûrement ton premier, et dernier, châtiment que tu t’imposeras. J’en dis sûrement trop, mais quand tu seras adulte, tu te trouveras libre de tes choix, et ainsi n’auras plus rien à te faire, ni à te reprocher. Tu rentres dans la pouponnière, en évitant de t’attarder près de tes compagnons félins. Perle Nacrée n’est plus là. Elle devait être partie manger un morceau, avec d’autres reines. Et, le mieux, aucuns signes des chatons. Tu devrais donc être tranquille. Une lassitude immense s’empare de toi, et tu te jettes sur ton nid, sans prendre garde aux morceaux de roseau qui s’enfoncent dans ton duveteux pelage. Tu viens de découvrir de nombreuses choses que tu n’avais jamais comprises, ou connues avant. Comme le mot ‘‘erreur’’, ‘‘emportement’’. Des choses qui font parties du quotidien de nombreux chats. Mais ça, tu n’en as aucunes idées, et tu t’en fiches. C’est simplement nouveau et perturbant pour toi. De savoir que tu as des choses négatives, et communes avec ce que l’on considère comme tes semblables, mais en beaucoup moins extraordinaires. Cela ne te plaît pas, assurément. Tu laisses bien vite aux oubliettes tout cela, tu as fait quelque chose, il te faut l’assumer, et puis, dès demain, tes choix deviendront parfaits, et corrects, quels qu’ils soient. C'est ce que tu penses. Voici une Petite Valse encore plus sûre d’elle. Rapidement, tu sombres dans les abysses du sommeil, bien que cela fait à peine une heure que tu t’es réveillée. Où te mèneront donc tes rêves ? 




 
|| Désolé si ça n'a pas trop de sens, je n'ai pas vraiment le temps, en ce moment. Aussi, le début en italique, ça ne fait pas partie du Rp, j'avais envie de mettre ça. x3 ||
____________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:00 (2017)    Sujet du message: L'eau renversée est difficile a rattraper || Libre

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Guerre des Clans. Index du Forum -> Le Clan de la Rivière -> La Rivière Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky